Mon panier

Votre panier est vide

Vous avez rdv avec Raoul

On le chuchote. On ne l'avoue qu'en dernière extrêmité. On le suggère à mots couverts lorsque les médecins ne soulagent plus : « Peut-être devrais-tu aller voir... » Raoul ?

Il eût pu être faiseur d'anges. Il est sorcier. Guérisseur. Un homme bizarre, évidemment. C'est pourtant un enfant du pays, et il a toujours habité là, au village, mais enfin aux confins tout de même, dans sa roulotte. La campagne tient aussi ses marginaux. Celui-là arpente tous les jours ses petits coins de bois pour dénicher ses herbes et ses racines. Il n'arbore pas la barbe blanche du druide ni la bonhommie d'un Panoramix. Il est plutôt du genre tatoué, façon légionnaire ou taulard, et les monstres qu'il entasse autour de chez lui n'inspirent pas davantage de confiance. Qu'a-t-il donc à cacher, Raoul ? Quelles histoires sombres alourdissent ses vieilles basques ?

Rebouteux ou magnétiseur sont des réalités sociales en 2018. Tout aussi vivace est la légende qui les enveloppe, pétrie de crainte et de fol espoir. De toute façon, on est forcé de mettre la raison sous le boisseau. Jérémy Bouquin nous rappelle que les rumeurs ne se construisent pas qu'à la ville, et que le noir ne se cantonne pas aux banlieues. La vindicte populaire peut s'exercer avec une violence décuplée dans nos bucoliques campagnes. Voire s'institutionnaliser dans une violence d'Etat lorsqu'un fait divers sordide s'en mêle.

Le Sorcier, novella de Jérémy Bouquin dans la collection polaroid, parution le 16 octobre.

Connexion

Newsletter