Mon panier

Votre panier est vide

Les libraires adorent la viande

Dans moins d'un mois, le premier roman de Gildas Guyot sera sur les tables des librairies. On vous a déjà dit que c'est une merveille, mais qui croirait l'éditeur ? Voyons plutôt les premiers retours libraires :

« Gildas Guyot nous emporte dans une danse macabre illuminée par la force de sa gouaille et le rythme de sa prose. Un des romans les plus puissants de la rentrée. »
Aline Audran, Librairie L'escampette, Pau.

« Depuis plus de 30 ans que je lis et explore les méandres de la littérature je ne me rappelle pas avoir ressenti autant physiquement un livre... à commander d'urgence... »
Gilles Perrotin, Librairie Le Marque Page, Quintin.

« Un obus littéraire qui laisse de belles, profondes et douloureuses traces comme toutes les guerres qui n’en finissent jamais ! »
Max Buvry, Librairie Vaux Livres, Vaux le Pénil.

« C'est indéniablement un travail d'écrivain, le style est totalement maîtrisé, il y a une vraie maturité sur un sujet original mais difficile...  »
Huguette Prido, Fnac Rennes.

« La lecture est fascinante, certains passages d'un baroque remarquable. Un roman qui restera certainement longtemps dans les mémoires de celles et ceux qui le liront. Vous avez raison de croire en Gildas Guyot, car voilà un écrivain au style vraiment puissant. »
Frédéric Prilleux, Médiathèque de Pordic, Salon de Lamballe.

« Génial, perturbant, fort, surprenant ! »
Frédéric Vasseur, MDP de Chateaulin.

« Voilà le genre de roman dont on se souvient, même des années plus tard : prodigieux. On nous a habitués, dans le thriller, à des serial-killers qui incarnaient le Mal de manière si extrême qu'ils devenaient abstraits. Avec Hyacinthe Kergourlé, l'identification est possible, jusqu'au vertige.
Bataille écrivait : « l'horreur renforce l'attrait ». Avec Le Goût de la viande, on y est. »
Hervé Delouche, Revue 813.

« Un roman coup-de-poing : époustouflant.»
Loick Josse, Librairie La droguerie de marine, Saint-Malo.

« S’il est des livres qui mériteraient de voir s’ouvrir pour eux les portes de l’Enfer des Bibliothèques, alors Le Goût de la Viande de Gildas Guyot est de ceux-ci. Seules la poésie de son style, la richesse de ses métaphores, la truculence de son humour glauque autorisent l’auteur de ce premier roman incroyable à cracher son venin à nos yeux ébahis de tant de violence littéraire.»
Brice Vauthier, Librairie l'étagère, Saint-Malo.

« Sidérant. Tout de suite emportée par l'écriture – quelle écriture ! Noir, mais sans violence gratuite. J'ai rarement lu quelque chose comme ça. »
Benoîte Mourot, Librairie Tonnet, Pau.

« J'ai adoré. Je ne sais où le ranger, ce n'est ni un polar, ni un thriller, ni un noir rural... quoiqu'il en soit, c'est un roman noir, un drôle de portrait, qui réussit malgré son pessimisme permanent à nous interroger sur la condition humaine. Vraiment superbe. »
Jean-Pierre Barrel, Librairie Un petit noir, Lyon.

« C'est un beau roman - impressionnant lorsqu'on sait que c'est son premier. Il touche au coeur de l'homme, c'est-à-dire : de la chair et du sang, et un brin de ce qu'on appelle l'âme. Démontre une fois encore qu'il n'y a pas de vainqueurs dans une guerre : pour celui qui l'a vécue, quel que soit son camp, l'avenir sera toujours derrière lui.»
Marcus Malte, écrivain

« J'ai lu et franchement apprécié Le goût de la viande, qui ne m'a pas rendue végétarienne mais aurait pu, car c'est du physique en plus d'être de la littérature. »
Laurence Biberfeld, écrivain.

 

Le livre est en lice pour le Prix des Rencontres de Dax 2019, le Prix du Premier Roman des lecteurs de la librairie L’esprit Large à Guérande.

Connexion

Newsletter