Mon panier

Votre panier est vide

50 nuances de Grèce

Il est un pays où les extrêmes cartonnent. On explique la poussée de l'extrême droite par le chômage de masse, les difficultés sociales engendrées par le capitalisme financier mondialisé, tandis que quelques centaines de réfugiés rejoignent les laissés-pour-compte d'une économie ravagée.

On l'explique encore par un soupçon porté sur l'ensemble de la classe politique, les scandales politico-financiers à répétition, les affaires de corruption. Ce « pays qu'on assassine », ainsi que le nomme Gilles Vincent dans son dernier polar éponyme, est-ce la France, ou est-ce la Grèce ? Et si ce désarroi, traduit massivement dans les urnes hexagonales au gré des scrutins locaux ou nationaux, se vérifait aussi là-bas ? Ce que le roman noir de Gilles Vincent, ancré dans une ligne « néo-polar », évoque, n'est peut-être pas un mal exclusivement français. L'an dernier, les élections outre-Rhin ont été marquées par une percée de l'extrême-droite, tandis qu'un phénomène identique se produisait en Italie début mars.
Les éditions Angelus Novus, jolie maison d'édition novatrice située à Athènes, ont décidé de traduire et d'éditer le polar de Gilles Vincent. La relation avec notre alter ego d'Europe orientale a été établie par les agences So far so good (cf infra) et Niki Dougé, ambassadrices efficaces d'une langue à l'autre, d'un pays l'autre, sur des questions de société que la littérature – pour le coup, universelle – peut aborder. Voilà des siècles, des millénaires que les Grecs nous impressionnent par leur capacité à questionner la citoyenneté et réinventer le politique. Dans ce petit pays qui souffre encore de marasme économique, des éditeurs continuent de défendre la littérature, fut-elle étrangère. Nous sommes donc très très fiers de cette traduction !
www.angelus-novus.gr

Connexion

Newsletter