Newsletter
Rechercher
# Vous êtes ici > Accueil > [ Au comptoir > Froufroutons... pour ne pas nous dématérialiser.

Froufroutons... pour ne pas nous dématérialiser.

article-1L'Homo sapiens pourrait être en voie de disparition. Remplacé par l'homo numericus, dont on ne sait trop ce qui, du corps ou de l'esprit, prendra le pas. Bipède engoncé dans l'ère dématérialisée, certes, on pourrait penser que son intellect sera d'autant plus développé.

Mais dans un écosystème piloté par les oligopoles GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple), il est fort possible que sa faculté critique soit mise à mal par des propositions diaboliquement marketées.

Limoges, 1er décembre 2014. À l'initiative du CRL Limousin, une journée interprofessionnelle consacrée aux mutations des métiers du livre depuis la « révolution » numérique. Dans les allées, parfois au micro, courait une antienne serinée depuis dix ans aux éditeurs de tout poil «  éditeurs, tremblez dans les chaumières, convertissez-vous au numérique, mettez-vous aux e-books, c'est la fin du papier, le numérique est pour demain ». La menace, dix ans qu'on nous la brandit ; quelle révolution ! Plus grave, c'est un discours politique, une idéologie qui se développe sous couvert d'état de l'art ou de science économique, puisque le marché n'est pas établi, les us et coutumes commerciaux non esquissés, et les perspectives financières du domaine de la conjecture. Une chercheuse rattachée à l'Université de Limoges a opportunément replacé le débat en fin de matinée, en posant la question suivante : de quoi parlons-nous quand nous parlons de livre ? Un « livre numérique » est-il vraiment un livre, ou un fichier ? Et de rappeler qu'il n'existe nulle fatalité, mais que cette définition émane également d'un choix philosophique, et/ou politique. Que voulons-nous ? Quels livres ?

Au même moment, dans le Nouvel Obs, http://bibliobs.nouvelobs.com

Dominique Nora relaie les propos du chercheur Evgeny Morozov. Spécialiste des implications politiques et sociales de la technologie, il indique que le blanc-seing accordé aux mastodontes du web (GAFA) n'est pas neutre. Car le développement de ces technologies, tel que maîtrisé par un nombre limité d'acteurs, induit des changements de mentalités («Pour tout résoudre cliquez ici» chez Fyp Editions). Qu'elles interviennent très profondément dans le corps social, en faisant la promotion de « la débrouillardise individuelle au détriment de l'action collective », de « l'instant présent au lieu d'encourager à penser le passé et l'avenir », de la «disruption», «l'efficacité», «la performance», et la « mesure de soi »... alors que « l'imperfection, l'ambiguïté, l'opacité et l'occasion de commettre des erreurs sont autant d'éléments constitutifs de la liberté de l'homme».

Dans quelques semaines, c'est Noël. Une période durant laquelle, traditionnellement, les éditeurs papier vendent beaucoup de livres papier (pour les éditeurs numériques, c'est moins certain). Offrirez-vous à votre bout de chou, à votre belle-mère, à votre compagnon, un code de téléchargement pour lire Le zizi sexuel, ou un beau livre sur Lee Miller ? Le livre reste quelque chose que l'on s'offre, que l'on se transmet. Au « gling gling » des grelots répond le froufrou des papiers cadeaux déchirés, puis le « flap flap » des pages que l'on tourne, émerveillé de ce monde en deux, en dix dimensions, promesses des rêves et évasions à venir. À soi-même, ou aux autres, que voulons-nous offrir, transmettre ? Cette révolution à laquelle nombre d'experts autoproclamés nous appellent, nous ne sommes pas obligés d'y participer. Allez hop, ne vous mettez pas en retard, révolution numérique avérée ou non, Noël tombe toujours le 25.

Vénus Atlantica
Collection porte à côté


Emmanuelle Urien dont j’avais déjà dit beaucoup de bien pour « Tous nos petits morceaux », son dernier recueil de nouvelles sorti il y a quelques mois, réussit avec « Vénus Atlantica » une jolie nouvelle érotique. L’action se passe à Biarritz où un homme va ...

touteslescritiques