Newsletter
Rechercher
# Vous êtes ici > Accueil > [ Au comptoir > Qui se planque sous la couverture ?

Qui se planque sous la couverture ?

russe1Ce matin de février, dans la campagne béarnaise, il neige. 15 cm de neige bien blanche. C'est assez. Nous n’avons pas pu rejoindre les locaux de la maison d’édition, avaler les kilomètres qui nous séparent des locaux de notre petite maison d’édition, située au nord de Pau.

Alors quoi ? C’est que les livres ne naissent pas plus dans les choux que dans les librairies. On a tendance à l’oublier, quand par la magie d’un clic sur trois sites web, on peut recevoir sous quelques jours un joli livre dans sa boîte à lettres. L’occasion rêvée pour vous dire quels sont les cerveaux qui s’échauffent et les petites mains qui s’agitent afin de vous donner l’occasion de découvrir des textes remarquables, courts mais grands.

Bien sûr, au commencement, il y a l’auteur…

Ensuite, chez In8, il y a des directeurs de collection, qui lisent, lisent, lisent des manuscrits, afin de repérer quels sont ceux qui, parmi ces textes, gagnent à être lus de vous – des autres. Sergi Javaloyès se charge des nouvelles traduites depuis des langues autres... japonais, castillan, portugais, et demain, sans doute, occitan, pourquoi pas ? C'est la collection Escapades. Claude Chambard, dans la collection Alter & ego, des fictions qui mettent en jeu/je l'autre, l'altérité, un autre continent, une autre voie/voix vers l'intime et le soi. Le noir, du polar au social, c'est le domaine de Marc Villard et la collection Polaroid. Et l'anticipation sociale, aux frontières du futur, celui de Jean-Christophe Tixier et Stéphane Laborde (Quelqu'un m'a dit). Quelques hors collection, novellas, recueils, coffrets ou beaux livres, sont l'occasion d'éditer des textes repérés ou suscités en interne : de la fiction courte, toujours, on ne se refait pas.

Puis, donc, l'équipe interne à la boutique. La sémillante Sylvie est aux manettes depuis 8 ans. Véritable pierre angulaire de la maison d'édition, cette fine lectrice, qui a été libraire dans une autre vie, n'a pas son pareil pour encourager les auteurs, mettre les textes au point, organiser leur mise au monde en lien avec les représentants Pollen, susciter l'appétit des libraires, puis des lecteurs. Le premier visage que vous croisez sur la route des livres In8, la voix qui vous répond au téléphone, humeur égale. Accessoirement, elle gère aussi la compta, les colis, le secrétariat d'édition, les contrats, la ventilation des manuscrits, les dossiers de presse, et j'en passe, tellement. Itziar, jolie brunette, est l'auteur aussi créative que précise des maquettes. Méticuleuse, pas une coquille, pas un espace superflu ne lui échappe, quitte à ne pas compter ses heures... Quant à moi, je tente d'apporter ma contribution à des heures relativement perdues – ou gagnées –, 10 ans déjà dans la boutique (ouh là... ça se fête !).

Le tableau ne serait pas complet sans évoquer les associés de la maison d'édition, cette pléiade de bonnes fées penchées sur le berceau des éditions In8 nouvelle mouture depuis déjà deux ans. 13 belles personnes, parmi lesquelles des collègues de l'Atelier In8 – maison-mère ! – et à travers elle le fondateur, Olivier Bois, les deux salariées (Sylvie et Itziar, si vous avez suivi), Cécile, qui oeuvre aux éditions depuis ses débuts et a signé de sa patte graphique beaucoup de nos belles maquettes, nombre de nos directeurs de collection, mais aussi des lecteurs de cœur qui croient en cette petite aventure et ont accepté de l'épauler, de leurs subsides, de leurs cœurs, de leurs idées, prolixes et fécondes – Marie-Do, Frank, Martine, Hakim, Sylvain et Marie, Thierry et Béa.

Un beau petit monde, n'est-ce pas ? Mais il faut au moins cela, pour que tourne la petite Terre In8... et la connivence, la curiosité, des libraires – premiers lecteurs – et de vous tous qui vous intéressez aux écrivains contemporains et histoires en tous genre que nous éditons.

Les éditions In8 tournent toujours, tournent encore. Nous ne ménageons pas notre peine, notre sueur, les uns et les autres, pour accompagner le mouvement qui reste un combat. Je le confesse, l'inertie est toujours plus forte en début d'année, comme au mitan de l'été, les astres économiques exerçant une pression plus défavorable... Si vous souhaitez nous aider à ces traversées en solitaire saisonnières, n'hésitez pas, hop, un peu de lecture, un livre tout neuf acheté ici, en quelques clics, c'est une poussée décuplée dans les bras des rameurs... À bon entendeur !

Josée
coffret-bashung-des-trains-a-travers-la-plaine
Collection porte à côté
Osez Bashung!

Un collectif dédié au chanteur Alain Bashung, celui qui a inspiré le titre du dernier roman de Delphine de Vigan.

Et si l'homme de la rentrée littéraire n'était autre qu'Alain Bashung? Non content d'inspirer son titre au dernier roman de Delphine de Vigan (Rien ne ...

touteslescritiques