Newsletter
Rechercher
Bearn, Cap de Gasconha

Patrick GUYON / Collection Entre Deux Lignes

[Bio / Biblio]
Patrick GUYON, né le 6 juin 1944, vit à Pau.
Bearn, Cap de Gasconha est le second volet d’un diptyque dont le premier est Le Pays des Basques, publié en 2002 par In-Octavo. Le but de cet ouvrage est de conduire une réflexion qui se structure de manière symétrique et tout aussi paradoxale. Autant le Pays basque fut privé d’histoire propre, autant dans l’âge moderne, il ne cesse d’afficher, et de façon multiple, une prétention à exister. De manière parallèle et cependant croisée, le Pays béarnais aura été un fier royaume qui a glissé décidément dans l’ordre glorieux des mythes. Ainsi ces deux pays voisins proposent-ils côte à côte deux manières opposées de se prétendre soi-même au bout du bout de notre Europe, à l’heure où les frontières continuent de courir dans l’esprit, à défaut qu’on les voie sur le sol. Pour le Béarn précisément, qui cherche moins à s’afficher comme un pays majeur du massif occitan, qu’à se représenter comme le modèle concret d’une partie heureuse, à l’heure où les humains sont pris nécessairement dans des échanges réglés sous des enseignes aussi vastes qu’abstraites (le commerce et le droit), l’auteur s’est attaché aux paysages, aux emblèmes de l’histoire, à une langue qui veut s’écrire encore, à défaut de rester unanime.

L'acuité de Patrick Guyon est de celle qui met en branle, chez le lecteur, les rouages de la réflexion. Rigueur, méthode et précision sont les principes par lesquels l'auteur pique notre curiosité, stimule notre sagacité pour revoir les linéaments d'une "identité" béarnaise. Il nous offre ainsi des "surprises pour l'intelligence".
Isbn : 978-2-916159-09-6
Prix : €20.00
Auteur : Patrick GUYON
Genre : Essai & illustrations noir&blanc
24x20 cm / 96 pages
/ parution : Novembre 2005

Bearn, Cap de Gasconha, Sud Ouest, janvier 2006

Patrick Guyon (...) livre son « regard » sur le pays béarnais, « en marge de toute démarche identitaire » et donc assez iconoclaste. Ce que Patrick Guyon appelle « l’épreuve de l’étranger », elle porte sur « les paysages enchevêtrés », son histoire mais surtout sur les « fétiches, les totems, les symboles » qui nourrissent « le désir identitaire », en le ramenant à l’heure du « grand jeu du monde » à un simple « souvenir ». Un regard analytique, lucide, mais aussi poétique sur le Béarn d’aujourd’hui, instructif tant pour les natifs que pour les "étrangers".