Newsletter
Rechercher
# Vous êtes ici > Accueil > Intra muros > COFFRET Intra Muros
COFFRET Intra Muros

Marc VILLARD / Intra muros

[Bio / Biblio]
Marc Villard est né en 1947. Après des études à l'Ecole Estienne, il publie des poèmes et ceci durant dix ...
Il y a Robert qui vient d'arrêter les antidépresseurs, Diego et sa contrebasse, Maryline qui sort de l'HP et Sophie de son tournage de film porno. On trouve aussi pêle-mêle un liquidateur, Babar et sa came, Rosemarie la handballeuse, Fanny et Farid échappés de la cité et Patrice qui rêve du Cameroun. De drôles de zigues, dans le métro. A croiser, au hasard, à l'occasion d'un trajet.

Dans ce coffret, vous trouverez :

Isbn : 978-2-36224-007-2
Prix : €17.00
Auteur : Marc VILLARD
Genre : Nouvelles
7x24 cm / 168 pages
/ parution : Octobre 2010

Intra Muros, Biblioblog, juin 2011

Les éditions de l'Atelier In8, spécialisées dans le format court, ont sorti à l'automne dernier un coffret de 7 nouvelles autour du métro parisien. Ces textes, signés Marc Villard, sont accompagnés des « photo volées » de Cyrille Derouineau. Un voyage dans les méandres du réseau souterrain, entre noirceur et lueur d'espoir.
Chacune des nouvelles porte le nom d'une station de métro : Saint-Lazare, Les Gobelins, Saint-Germain, Bir-Hakeim, Château d'eau, les Halles et République. Les entrailles de la capitale bruissent : il y a ceux qui rentrent chez eux épuisés après une dure journée de labeur, ce qui hantent les couloirs en attendant une pièce ou un client, ceux pour qui la journée commence à la tombée de la nuit, etc. Chaque station a sa propre ambiance, ses habitués et ses paumés. Mais au hasard des correspondances on recroise des personnages entraperçus sur d'autres lignes. Les textes se font échos et Marc Villard s'amuse à confronter les différents points de vue.
Les photographies de Cyrille Derouineau qui illustrent chacun des textes, participent pleinement à la narration. Parfois floues, toujours noir et blanc, elles mettent en scène des anonymes aux visages dissimulés et font ressortir une impression de solitude au milieu de l'agitation de la foule.
L'ensemble forme un très beau recueil pour tous les amoureux du noir et de la capitale. Le coffret se composant de 7 cahiers indépendants, le lecteur a ainsi la possibilité de créer son propre parcours, et de le réinventer à l'envie pour de futures relectures.

Laurence

Intra Muros, Bibliosurf, octobre 2010

Sept nouvelles pour sept stations de métro parisiennes. De Saint-Germain et ses philosophes à Bir-Hakeim, au pied de la Tour Eiffel où tous les possibles le deviennent. Simples histoires, qui s’emboîtent les unes dans les autres, par des liens ténus mais essentiels – personnages, situations… Et on s’attache à ses silhouettes qui de station en station, de rues en boulevards, vont vers leurs destins. Fanny, Farid, Marilyne, Patrice, Diego, Rosmarie, Babar, Martin et sa contrebasse, Robert, Lucille… un peu de temps avec chacun, avec tous, nous les croisons chaque jour, où que l’on vive. Les photographies de Cyrille Derouineau accompagnent plus qu’elles ne soulignent, les brefs récits (qui pourraient bien n’en faire qu’un) et chacune est un univers en suspension, une vision simple et brûlante de l’essentiel que nous ne regardons plus. Voici un beau petit coffret à partager, léger comme une plume et dense comme une vie qui passe.

Intra Muros, actu-du-noir.over-blog.com, octobre 2010

Sept contes de Marc Villard

Les gobelins, Saint-Germain, Bir-Hakeim, Château d’eau, Les Halles, République, Saint-Lazare.Sept stations de métro. Sept histoires. Des histoires de Marc Villard. Avec Les Halles, le foot (mais aussi le hand), un tueur à gage, une contrebasse volée, le New Morning, du jazz, des immigrés, un clodo, de la drogue … Du Marc Villard en bref. Donc avec du rythme, de la poésie, des phrases qui swinguent … Et des photos, prises dans le métro par Cyrille Derouineau. Mise part les illustrations, l’originalité de ces sept courts récits est leur façon de se répondre, de s’entrecroiser, de reprendre ici une silhouette aperçue là-bas, de voir de l’intérieur telle rencontre commentée dans un autre texte … L’ensemble forme une toile subtilement mais solidement tissée et fait de ces sept récits un roman impressionniste où le lecteur, outre le plaisir de chaque nouvelle, s’amuse à changer de point de vue, à percevoir les correspondances, à éclairer d’une autre lumière un recoin resté dans l’ombre.J’aime les sept textes, avec un tendresse particulière pour Les Gobelins, histoire d’une rencontre ratée, qui m’a évoqué, allez savoir pourquoi, la très belle chanson Les passantes de Brassens. C’est élégant, fin et tendre. Une très belle réussite. Et un beau travail d’édition avec ces sept livrets rassemblés dans leur joli coffret. Je ne sais pas s’il est facile de les trouver en librairie. Vous pouvez toujours aller voir sur le site des éditions In8.
Marc Villard, photos de Cyrille Derouineau / Intra Muros, In8 (2010).

Par Jean-Marc Laherrère

Intra Muros, moisson-noire.over-blog.com, octobre 2010

Petits carnets du sous-sol

Un dealer, un tueur à gages, une gamine de la Ddass qui s'imagine un père intellectuel germanopratin, un entraîneur de foot, une actrice porno et quelques musiciens de jazz... Entre autres.
Du Marc Villard tout craché, pour sept nouvelles qui empruntent les couloirs et les rames du métro parisien. Stations Gobelins - Saint-Germain - Bir-Hakeim - Château d'eau - Les Halles - République - Saint-Lazare. Sept histoires illustrées par les photographies de Cyril Derouineau, qui a un faible pour le N&B et le "noir" tout court, puisqu'il a déjà illustré des textes de Didier Daeninckx, Marcus Malte, ou... Marc Villard, dans Les portes de la nuit. Il s'en passe des choses sous la surface, du moche et du presque beau. Un réseau de rencontres impromptues, d'histoires d'amour avortées, de malentendus, de règlements de compte, et une contrebasse égarée qui ne verra jamais le New Morning. Villard relie des bouts de destins, trace des correspondances. On avait croisé Marilyne avec des clodos à Châtelet, on la retrouve à Bir-Hakeim en compagnie de Patrice, qu'on avait aperçu sur ce même quai quand on allait vers Saint-Germain, etc...
Sept histoires qui s'emboîtent les unes dans les autres, comme s'emboîtent les sept "booklet" dans leur petit coffret souple, du joli boulot signé L'Atelier in8. A lire sans marquer l'arrêt, évidemment.

Yann Le Tumelin

Intra Muros, 20 Minutes, novembre 2010

Qui n’a jamais croisé de drôles de zigues dans le métro ? C’est cet univers si particulier que l’écrivain Marc Villard tente de dépeindre dans une série de sept nouvelles très courtes. Chacune porte le nom d’une station de métro où se déroule l’action de l’histoire – Les Gobelins, Saint-Germain, Bir-Hakeim, Château d’eau, Les Halles, République et Saint-Lazare – et se lit d’une traite, le temps de faire, à peine, un trajet en métro. Chaque petit livret est accompagné de clichés en noir et blanc d’usagers prises par le photographe Cyrille Derouineau. Ados de cités, actrice porno, musicien paumé : le monde souterrain de Marc Villard est définitivement sombre (...)
A. S.
Editions de l’atelier IN8, 7 x 24 pages, 17 €