Newsletter
Rechercher

Les critiques

Tango Parano, Lettres d’Aquitaine, février 2006

(...) un individu étonnant, mélange d’assurance généreuse et bornée, donnant aux manifestations du monde qui l’entoure les interprétations de préférence les plus loufoques, empreint de donquichottisme ; s’y ajoute une pincée de la faconde de Cyrano de Bergerac... On s’amuse beaucoup aux aventures de notre héros, avec ses côtés farces ; mais le coup de patte de notre auteur n’est jamais loin pour décrire au détour d’une phrase Bordeaux, théâtre des exploits burlesques de Vallès, mais aussi « ville si douce et si paisible où il ne devrait être autorisé que de mourir d’ennui ». Cette sotie de roman policier s’inscrit de manière très réussie dans la lignée des polars consacrés tant au monde de la folie (les romans de Mendoza et Bacchanale au cabanon de Jonathan Latimer) qu’à celui des sectes (Que d’os de Manchette). C’est dire le parrainage.

Un homme s'est envolé, Sud Ouest, décembre 2005

Enfant, l’homme mûr l’est resté par son pouvoir de s’émerveiller. Il raconte avec une infinie poésie le « pàis » basculant dans le vide, le cul sur une terre meuble et les pieds battant l’air sans espoir d’appui. Drôle de quête au travers de mots drus comme une pluie d’orage, vers une lumière qui toujours échappe, malgré la magie des oiseaux agissant en passeurs.
A lire et relire. Jean-Paul, qui fut un ovalaire funambule, aérien, a également ouvert à Arzacq les pages de « la porte à côté », et des productions d’In8, dont les Noires de Pau : d’authentiques bijoux d’écriture, des scenarii hallucinants, une aubaine pour les lecteurs imaginatifs et pressés que rebutent les romans fleuves.

Une blonde au bord des levres, Telerama.fr, mai 2009

C’est un petit coffret renfermant un trésor incandescent, quatre histoires de clope… Attention ! Savez-vous qu’il est interdit de fumer dans les lieux publics ? En parler, écrire sur, pas encore, quoique, on ne sait jamais vu les temps qui courent cul par-dessus tête.  Voyez ce pauvre Tati, qui osait encore s’afficher la pipe au bec, un vrai hors-la-loi. Pan ! on la lui a coupée net… Il a échappé de justesse à la garde à vue, car, sur son petit vélo, il trace plus vite que les gens d’armes. J’en reviens au coffret trésor, intitulé Des plumes et du goudron, publié aux éditions In8, collection « La Porte à côté ».
A lire pour le plaisir et l’insolence :
La Maison de Guillaume, de Jean-Paul Basly
Une blonde au bord des lèvres, d’Yves Coup
Romeo y Julieta, de Jakuta Alikavazovic
et Arrêter d’arrêter, de Francis Mizio, les aventures d’un type qui essaie d’arrêter, suit des stages pour arrêter et… ne s’arrête pas vraiment.
Il dit : « Ce furent les retrouvailles avec un moment extraordinaire. J’avais conscience de ce que j’étais en train d’accomplir : en fumant cette cigarette, je disposais de mon propre corps, je faisais le choix de ma santé, et au-delà, usant d’une liberté renaissante, je passais dans le camp de la différence, de la subversion, de l’anormalité. »

Martine Laval

coffret-bashung-des-trains-a-travers-la-plaine
Collection porte à côté
Osez Bashung!

Un collectif dédié au chanteur Alain Bashung, celui qui a inspiré le titre du dernier roman de Delphine de Vigan.

Et si l'homme de la rentrée littéraire n'était autre qu'Alain Bashung? Non content d'inspirer son titre au dernier roman de Delphine de Vigan (Rien ne ...

touteslescritiques