Mon panier

Votre panier est vide

Anne Secret, Marion Brunet, et Gendronax

Les collections Polaroid et Faction s'enrichissent de nouveaux livres en cette fin mars. Souvenirs de cinéma et douceur à la Rohmer dans la Petite plage d'Anne Secret, farce burlesque chez les forains pour la novella ado de Sébastien Gendron, ou plongée glaçante dans l'enfer des collèges pour celle de Marion Brunet.

Dans Petite plage, Anne Secret nous propose de naviguer entre deux mondes, le cinéma d'après-guerre et le film éponyme d'Allégret, qui met en scène Gérard Philipe, et le tournant des années 70-80', dans une ambiance à la Rohmer. L'histoire se déroule dans une station balnéaire du Cotentin, Barneville-Carteret, et comme à son habitude, Anne Secret donne à comprendre que les faits divers masquent des règlements de compte rapidement criminels, et que toute histoire familiale planque sous le tapis la poussière de faits plus ou moins glorieux qui sont les échos sur nos vies intimes de la Grande histoire. L'autrice ne s'appesantit jamais, c'est à la fois doux et profond.

Gendronax nous embarque quant à lui dans une histoire déjantée, foutraque, qui va plus chercher du côté de Tim Burton ou de Wes Anderson : Les Romanichels. La petite Claudine, âgée de 10 ans, ne supporte plus son père, dépressif et alcoolique au dernier degré, et pour lui faire les pieds, la pré-ado envisage de claquer la porte. Ni une ni deux, le père, qui dirige le Grand guignol de Paris, choisit de l'effaroucher, et demande à des forains de la kidnapper. C'est drôle, enlevé, plein de rebondissements et de tiroirs – dans lesquels on trouve parfois un doigt coupé ! Nos jeunes lecteurs n'ont pas froid aux yeux, ce livre est pour eux.

« Le plus beau métier du monde », l'enseignement, vraiment ? Le harcèlement scolaire ne limite pas ses victimes aux enfants, et les hyènes ont jeté leur dévolu sur un jeune prof, Julien, fraîchement émoulu. Pour lui, cette première année sera une véritable descente aux enfers. Les victimes ne sont pas toujours celles que l'on croit, ni les soutiens là où on les attend. Marion Brunet, encore une fois, excelle à faire monter progressivement la tension, et c'est secoué par une issue brutale qu'on boucle cette lecture haletante. De quoi aussi questionner les jeunes comme les adultes, sur les logiques de violence collective, la relation enfant-adulte, l'autorité, le monde de l'enseignement. Ca s'appelle Des rires de hyènes, et ça sort le 29 mars.

Connexion

Newsletter